Portrait : Françoise et son jardin remarquable

Catégories
En ce moment
Verdelot

Lorsque Françoise nous parle de son jardin, notre imaginaire se met en marche et en fermant les yeux, on a l’impression d’y être, de sentir, de voir toutes les couleurs et la lumière qui se dégagent de ce jardin fantastique de 7 hectares, façonné à « deux cœurs et quatre mains » : le Jardin Le Point du Jour à Verdelot.

Françoise est l’avant-dernière d’une fratrie de sept enfants, elle n’est pas surprise d’avoir été choisie pour parler de sa passion à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme car elle croit au destin, et l’exploitation fermière où elle a vu le jour n’est au fond qu’une histoire de femmes… son arrière-grand-mère, sa grand-mère, sa mère et maintenant elle…. L’histoire est belle, et se perpétue au fil des années et des goûts de chacune, le paysage a changé et il faut avouer que la transformation qu’en a fait Françoise est sans nul doute un hommage rendu à toutes les femmes de sa vie…

Ses parents la voyaient institutrice, c’était comme cela dans la famille, chaque enfant était prédestiné professionnellement mais Françoise a tout de suite montré son instinct rebelle et pugnace ! Ce qu’elle voulait faire c’est de la biologie, alors ses parents ont cédé, après quelques années d’études à Paris, elle débute sa carrière dans les hôpitaux parisiens, ça lui plaît et la vie parisienne aussi !

Elle rencontre son mari, Christian, militaire et pépiniériste, et c’est lui qui va inciter Françoise à un retour aux sources, aux racines et à reprendre l’exploitation familiale. Comme Christian aime si bien dire « je l’ai ramenée chez sa mère ».

C’est une ferme laitière à la base, qui produit du fromage, mais Françoise a d’autres ambitions et le 1er juin 1980 ils ouvrent avec Christian une pépinière.

Françoise continue tout de même le métier qu’elle adore et fait des gardes de nuit à l’hôpital de Melun. La journée, elle aide Christian à la pépinière.

Ils n’ont pas d’enfants et décident d’adopter leur fille Agathe et ce n’est que le début…. Quatre ans et quatre fils plus tard, cette véritable « pouponnière » va la pousser à prendre « sa retraite » et à se consacrer à plein temps à sa famille et à son exploitation.

A partir de 1992, Françoise et Christian décident de créer un jardin accueillant, un jardin d’Eden où seule la nature décide. Les projets s’enchaînent, ils plantent des arbres, le Jardin du Point du Jour éclos, ils bâtissent une cathédrale végétale (« la petite sœur de la cathédrale de Chartres »), la cabane de Blanche-Neige dont la construction a une petite histoire… ils créent une boutique d’objets et de meubles, chinés lors de leurs virées en France, en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Depuis Françoise ne s’arrête plus, en 2008 elle ouvre une salle de réception, elle accueille des événements familiaux, des séminaires d’entreprise…. En 2010 son jardin est classé jardin de l’année par l’Association des Journalistes d’Horticulture, cette distinction lui vaut la visite de Stéphane Bern pour l’émission « Le jardin préféré des français ». Puis en 2012, elle obtient le label « jardin remarquable ».

Françoise sait si bien parler de son jardin mais quand est-il de sa personne, sa vie en tant que femme, ses envies, son état d’esprit face à la situation actuelle ?

Et bien nous ne sommes pas étonnés de la réponse, Françoise a aujourd’hui 63 ans, son jardin fête ses 40 ans d’existence… son seul regret, c’est son sentiment de ne pas avoir consacré assez de temps à ses enfants, il fallait bien tenir le rythme ! Ce qu’elle pense, c’est que la vie est belle et qu’elle vaut le coup d’être vécue, c’est d’ailleurs le conseil qu’elle donne aux jeunes générations : « il se faut fixer un point vers l’horizon, marcher vers la lumière, même si le chemin est semé d’embuches, il faut garder l’espoir ». Le confinement ? elle a eu peur comme tout le monde mais l’avantage qu’elle en a tiré c’est de voir son jardin s’épanouir, plus de nuisance sonore, plus de nuisance humaine, la nature a repris ses droits et l’a montré : une symphonie de chants d’oiseaux, des végétaux qu’elle ne voyait plus …. Un retour de la nature en fanfare !

Ce qu’elle aime par-dessus tout c’est l’accueil du public, raconter le jardin aux visiteurs, développer leurs sens et leur faire apprécier ce que la nature nous donne, sans rien demander en retour. 

Des anecdotes ? Françoise en a plein, des demandes en mariage sous la cathédrale végétale, ou cette jeune femme, mal-voyante, accompagnée de son chien qui n’a rien trouvé de mieux à faire que d’aller se rafraîchir dans l’étang entrainant avec lui sa pauvre maîtresse ! Françoise se souvient des éclats de rire de cette jeune femme, surprise de la réaction de son chien mais qui ne pouvait pas s’empêcher de trouver la situation cocasse et hilarante !

Quand on lui demande comment elle voit l’avenir ? Elle répond qu’elle est sereine, elle a encore des dizaines de projets même si, avec Christian, cela fait cinq ans qu’ils préparent leur succession, il faudra bien passer le flambeau un jour, mais elle prend son temps, elle ne veut pas presser les choses.

En attendant elle va planter 580 pieds de vigne (un cépage du côteau du Layon) car après 6 enfants (en comptant le jardin) un 7ème va sûrement voir le jour avec un centre d’ampélographie !

Elle continue de taper des pieds avant de rentrer dans son jardin, elle s’imprègne de sa terre, de ses racines, de son héritage… elle ne veut surtout pas en faire en faire un endroit « bling bling », mais souhaite conserver l’authenticité qui s’y dégage …

Il est fort à parier que nous n’avons pas fini d’entendre parler de cette femme passionnée, qu’on aime écouter, et qui prend le temps d’écouter la nature autour d’elle …. Françoise est une fleur qui n’a pas fini d’éclore….

Jardin Le Point du Jour – Hameau du Point du Jour 77510 Verdelot – 01 64 04 85 54

Bonnes adresses

Article précédent
Article suivant
Partager