Seine-et-Marne : territoire de forêts

Catégories
Respirer
Seine-et-Marne

La Seine-et-Marne a cette réputation de « poumon vert » de la région Ile-de-France qui est en partie due aux nombreuses forêts que comptent le département. Communales, domaniales ou régionales, elles ont été pendant longtemps un lieu de chasse et de villégiature et elles ont inspiré un bon nombre d’artistes.

Inspirantes, majestueuses, uniques pour certaines, une faune et une flore aux mille couleurs selon les saisons, elles proposent aujourd’hui une multitude d’activités sportives, ludiques, pédagogiques, qui invitent à la balade, à la connexion avec la nature, à la respiration.

Quelques-unes sont bien connues et ont même une réputation internationale et pour les autres on vous laisse les découvrir.

Forêt régionale de Bréviande

Située dans la Brie agricole entre Melun et la Ville Nouvelle de Sénart, la forêt régionale de Bréviande est composée des bois de Bréviande, de Marché Marais, de la Tour, de Bel Air, des Joies, des Courtilleraies, des Brûlés, des Bruyères de Sainte-Assise, des Uselles, de Seine-Port et de l’Ormeteau.

Cette forêt était la propriété de l’Abbaye de Saint-Denis au Moyen-Âge. Ensuite, dans les années 1650, elle devient celle du Duc d’Orléans. À l’époque, la maison forestière était un pavillon de chasse.

La Forêt régionale de Bréviande entoure plusieurs bois communaux et couvre avec la Forêt de Rougeau trois Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF), les chênes constituent la toile de fond des peuplements, mais les châtaigniers, les bouleaux, les tilleuls, les charmes ainsi qu’une quinzaine d’autres essences y sont bien représentés.

Le domaine a conservé les vestiges du mur d’enceinte et le tracé des allées qui sont reliées entre elles par des carrefours en étoile, offrant aux promeneurs d’innombrables possibilités de balades à vélo ou à pied, avec plusieurs points d’intérêt comme les carrières de sable à lapin ou le menhir du Grand Berger. De plus, la Forêt de Bréviande propose plusieurs aménagements comme une Maison de l’Environnement (des animations toute l’année : télécharger la plaquette ici), un sentier botanique et un arboretum , des tables de pique-nique ou encore des jeux pour les enfants.

Forêt régionale de Rougeau

Dépendant de la Commanderie des Templiers de Savigny au Moyen-Age, la forêt de Rougeau a été aménagée au XVIIIe siècle pour les chasses royales. Les feuillus se mélangent aux résineux et les promeneurs peuvent y observer une riche faune.

De nombreux aménagements ont été réalisés : parcours sportif, piste cavalière, aires de pique-nique, pistes forestières accessibles aux vélos.

Le point incontournable dans la Forêt de Rougeau : est le « Gardien », un géant de terre et composite de presque 10 mètres de haut dont la tête est ornée de 5 cerfs de taille réelle ! L’œuvre est née de la rencontre entre le site et l’artiste allemande Gloria Friedmann.

De nombreuses balades ou randonnées vous sont proposées comme le circuit des villages briards ou le circuit de la Forêt de Rougeau (télécharger le circuit ici) ou celui venant de l’Essonne.

Des animations natures sont également organisées par l’Agence des Espaces Verts d’Ile de France, elles sont suspendues pour le moment mais vous pourrez y trouver des idées pour vos futures sorties.

Forêt régionale de Ferrières

Cette forêt fut la propriété de communautés religieuses puis de la célèbre famille de Rothschild jusqu’en 1973 (qui possédait également le château de Ferrières (aujourd’hui une école d’hôtellerie et gastronomie de luxe).

La forêt régionale de Ferrières forme, avec la forêt domaniale d’Armainvilliers attenante, le plus vaste espace boisé de l’est parisien. Ses 3 157 hectares d’espaces boisés sont situés sur le rebord nord-ouest du plateau de la Brie au sud de la Ville Nouvelle de Marne-la-Vallée.

Le nom « Ferrières » rappelle les nombreuses forges de fer qui y existaient au Moyen-Âge. S’étendant autour d’un château et d’un immense parc à l’anglaise, la Forêt régionale de Ferrières a conservé ses vastes allées, ses clairières, sa superbe flore et elle possède également une grande richesse faunistique, avec la présence du chevreuil, du cerf Sika (introduit par la famille de Rothschild), du sanglier, du lapin et du renard, sans oublier les nombreuses espèces d’oiseaux et d’insectes.

Le sentier de Grande Randonnée, qui traverse le massif de part en part, offre aux marcheurs des paysages idylliques comme les abords de la mare du Cormier. Suivez également « les boucles de Taffarette » en téléchargeant l’application « Balade Branchée ».

La Maison de la Nature, située à l’orée de la forêt de Ferrières, vous propose de nombreuses animations tout au long de l’année avec comme thèmes le développement durable, le sport et les loisirs.

Forêt de la commanderie à Larchant

Avec ses étendues de sable fin, ses rochers pittoresques comme celui de l’éléphant, cette forêt s’inscrit dans la physionomie de la Forêt de Fontainebleau. Elle se situe principalement sur le territoire de Larchant et plus précisément le Golfe de Larchant et entoure le marais de Larchant devenu Réserve Naturelle Régionale. Le Marais se visite à certaines saisons sur un sentier de découverte avec l’accompagnement d’un guide.

Le nom de la Forêt de la Commanderie fait référence à une ancienne commanderie des Templiers sur le territoire de Grez-sur-Loing. Une boucle à vélo vous fera partir à la découverte du village de Grez-sur-Loing et ses beaux rochers ou alors le circuit à pied autour de Larchant.

Forêt domaniale de Fontainebleau

Classée « réserve de biosphère » par l’UNESCO, c’est l’une des plus grandes et des plus belles forêts domaniales de France.

La forêt de Fontainebleau s’étend sur plus de 17 000 hectares d’un seul tenant, prolongés par les 3 300 hectares de la forêt domaniale des Trois Pignons.

De nombreux aménagements ont été réalisés pour l’accueil du public comme le Centre d’initiation à la Forêt (CIF) ou encore Réserve de Biosphère Fontainebleau-Gâtinais située aux abords du parking des Gorges de Franchard.

En 2013, la forêt domaniale de Fontainebleau est la première de France à obtenir son classement de « Forêt d’exception ».

De nombreux circuits sont proposés, pour les plus téméraires le « tour du massif de la Forêt de Fontainebleau » , un parcours de 74 km de chaos rocheux et platières aux vues inoubliables, pour un circuit plus artistique il y a le « Parcours Stevenson » sur les traces de l’écrivain, et pour finir sur des points de vue exceptionnels suivez le circuit « balcons et rochers de Fontainebleau » jusqu’à la Tour Denecourt et son panorama à 360° à couper le souffle.

A vélo c’est à la découverte des peintres impressionnistes que vous partirez avec le circuit « Entre Fontainebleau et Barbizon », nombreux ont été ces artistes peintres à être inspirés par cette forêt d’exception.

Les sables du massif des Trois Pignons

La forêt de Fontainebleau et ses blocs de grès caractéristiques est un lieu internationalement connu pour l’escalade de blocs. Le massif des Trois pignons fait partie des sites d’escalade les plus réputés, entre Arbonne-la-Forêt, Milly-la-Forêt et Le Vaudoué : des blocs mondialement connus comme la Canche aux Merciers, le 95.2, Le Cul de Chien, le Diplodocus.

Dans ce massif on trouve également un site incontournable, la mer de sable du « cul du chien », une immense plage sans mer en plein cœur de la forêt domaniale. Son origine est due à l’évolution géologique du lieu : il y a 30 millions d’années, un océan d’eau chaude recouvrait le site, déposant au fond du quartz qui s’est par la suite désagrégé en sable.

Autour de cette immense mer de sable se trouvent des blocs de grès de toutes tailles. Parmi eux, un plus célèbre : le bilboquet, isolé dans le sable.

Le parcours le plus renommé est celui des « 25 bosses » , une boucle de 14 km qui fait le tour du massif des Trois Pignons, ce circuit était utilisé comme circuit d’entrainement par les alpinistes avant d’aller en haute montagne. Il nécessite une bonne condition physique, une carte et bien suivre le balisage.

Forêt domaniale de Jouy le Châtel

Cette forêt est l’ancien domaine des Comtes de Champagne, puis de l’Abbaye cistercienne de Jouy, elle se situe sur le plateau briard et son territoire se trouve principalement sur la commune de Chenoise, le reste étant réparti entre St-Just en Brieà l’ouest, St-Hilliers à l’est et Jouy le Châtel au nord.

Elle est découpée de manière géométrique par de grandes allées et elle abrite principalement des chênes rouvres et des chênes pédonculés. Deux chênes remarquables, le chêne Montauban tombé durant la tempête de 1999, alors qu’il avait 350 ans et le chêne des Ronceaux, toujours debout et âgé de plus de
200 ans.

Un circuit pédestre y est proposé le « parcours du beau chêne » avec comme point d’intérêt l’Abbaye de Jouy : ancienne abbaye cistercienne située en lisière de la forêt de Jouy, sur la commune de Chenoise.

Ce n’est qu’un panel de toutes les possibilités de balades, de circuits, de loisirs possibles dans nos belles forêts seine-et-marnaises, alors n’hésitez pas à consulter la page dédiée à ces environnements naturels, nous sommes sûrs que vous y découvrirez encore des lieux inattendus et exceptionnels.

Le saviez-vous ?

La flèche de Viollet-le-Duc de la cathédrale de Notre Dame à Paris, détruite lors de l’incendie du 15 mars 2019, dont l’ossature est entièrement en bois de chêne massif, nécessitera environ 1 000 chênes pour la réparer. Pour ce faire, l’Etat offrira 325 chênes issus de ses forêts gérées par l’ONF.

Cinq forêts domaniales d’Île-de-France participent à l’effort national dont une en Seine-et-Marne en apportant 59 chênes de qualité sur les 85 chênes provenant de la région et c’est la forêt domaniale de Villefermoy qui fera don de ces 59 chênes.

Bonnes adresses

Article précédent
Partager